Théories sur les allergies : distinguer les mythes des réalités

Si vous souffrez d’allergies saisonnières, il est normal que vous vouliez mieux connaître le sujet, en particulier pour avoir des conseils sur la prise en charge de vos symptômes. Le problème, c’est qu’il existe trop d’information, ce qui peut compliquer la distinction entre les mythes et les réalités.

Il est temps d’examiner en détail certaines des croyances les plus répandues au sujet des allergies.

1. Les allergies commencent toujours durant l’enfance

FAUX. Les allergies saisonnières apparaissent généralement durant l’enfance. Elles peuvent aussi se manifester à une autre étape de la vie. Il est donc possible de devenir allergique à n’importe quel âge. En fait, on devient allergique lorsqu’on est exposé à de nouveaux allergènes. Ainsi, vous pourriez devenir allergique au pollen de pin seulement dans la trentaine, si vous y êtes exposé pour la première fois. Peu importe votre âge, si vous présentez de nouveaux symptômes tels que des démangeaisons à la gorge et au nez pendant plus de deux semaines, il se pourrait bien qu’il s’agisse d’allergies.

2. Les orages peuvent aggraver les allergies

VRAI. Certaines personnes qui souffrent d’allergies accueillent favorablement la pluie. Elles croient en effet que la pluie éliminera le pollen responsable de l’aggravation de leurs symptômes, mais il en va autrement avec les orages. La variation de température de l’air qui se produit durant un orage peut entraîner une élévation du pollen dans l’air, ce qui peut être nuisible pour les personnes allergiques. Si vous craignez que vos symptômes s’aggravent après un orage, vous pouvez prendre une douche, afin de ne pas apporter les allergènes au lit avec vous.

3. La consommation de miel local guérit des allergies aux plantes

FAUX. De nombreuses personnes croient que la consommation régulière de miel local atténue les allergies saisonnières en raison de l’ingestion de petites quantités de pollen au fil du temps, ce qui serait « mielveilleux »! Cependant, une étude scientifique n’a révélé aucune donnée allant dans ce sens. En théorie, l’hypothèse selon laquelle la consommation de miel soulage les allergies aux plantes se justifie. Dans les faits, les plantes responsables des allergies saisonnières ne sont généralement pas pollinisées par les insectes, mais bien par le vent.

4. Les allergies sont souvent héréditaires

VRAI. Il est très possible que les parents transmettent leur susceptibilité aux allergies à leur progéniture. De plus, si les deux parents présentent des allergies, la probabilité que leur enfant soit allergique est encore plus élevée. Toutefois, les enfants n’héritent habituellement d’aucune allergie particulière de leurs parents, mais seulement de la probabilité d’être allergique de manière générale. Autre fait intéressant, il y aurait une association liée au sexe dans la transmission génétique des allergies. Cela signifie qu’une fille est plus susceptible d’être allergique si sa mère l’est aussi. Cela est aussi vrai pour un garçon et son père.

5. Vous pouvez éviter les allergies aux graminées en semant des espèces qui ne produisent aucun pollen

FAUX. Nombre de personnes croient qu’il est possible d’éviter les allergies aux graminées en semant une espèce qui ne produit aucun pollen ou une option de rechange aux graminées autour de la maison. Même si cela semble raisonnable – et ce serait cependant vraiment merveilleux si c’était effectivement le cas –, la théorie sur laquelle cette idée repose est un non-sens. Pourquoi? Étant donné que le vent transporte le pollen sur 1 600 km, pour éviter les allergies aux graminées, il faudrait vivre dans un endroit qui en serait totalement dépourvu, ce qui est évidemment irréaliste.

Maintenant que vous savez à quoi vous en tenir concernant les cinq croyances répandues, contribuez à remettre les pendules à l’heure en transmettant cette information à vos connaissances qui font des allergies.

Haut de la page