Pouvons-nous prédire l’intensité de la saison des allergies?

Un des passe-temps favoris des Canadiens consiste à parler de la pluie et du beau temps. Cependant, la météo n’a rien de banal pour les individus qui souffrent d’allergies.

Prédire la concentration de pollen peut s’avérer une tâche difficile, mais les conditions météorologiques fournissent d’excellents indices aux individus souffrant d’allergies, tout en occupant un rôle important dans la détermination du début, de la durée et de l’intensité de la saison des allergies.

3 PRINCIPAUX ÉLÉMENTS MÉTÉOROLOGIQUES DÉCLENCHEURS ET LEUR INFLUENCE SUR VOS ALLERGIES

1. UN HIVER DOUX = UNE SAISON PLUS PRÉCOCE

Un printemps et un hiver plus doux signifient que le pollen des arbres est relâché dans l’air plus tôt qu’à l’habitude, précipitant ainsi la saison des allergies et les symptômes qui l’accompagnent, tels que le picotement des yeux, l’écoulement nasal, les éternuements et la congestion nasale.

2. UN HIVER FROID ET LONG = UNE SAISON COURTE ET PLUS INTENSE

Un hiver froid et long peut rendre la saison pollinique plus courte, mais plus intense puisque les plantes et les arbres qui libèrent habituellement leur pollen plus tôt dans la saison demeurent dormants plus longtemps. Lorsque finalement la chaleur s’installe, leur pollen est libéré au même moment que celui des herbacées, déclenchant ce que certains appellent le «vortex pollen», ce dernier pouvant avoir un impact majeur sur les individus souffrant d’allergies.

3. VENT ET PLUIE = UNE SAISON MIXTE

D’autres facteurs ont également un lien avec les allergies. Un temps sec et venteux amène une dispersion rapide du pollen et peut avoir pour effet d’intensifier les symptômes. La pluie élimine le pollen dans l’air et procure généralement un soulagement chez les personnes souffrant d’allergies, sauf si cette situation se produit tard dans l’année (en automne ou en hiver, par exemple) et qu’elle risque d’augmenter la pollinisation des arbres ou encore au printemps, lorsqu’elle stimule la pousse des herbes, amenant une plus grande libération de pollen dans l’air. La pluie favorise également la production de moisissures, ce qui ne présage rien de bon pour les personnes allergiques aux moisissures.

QUELLES SONT DONC LES MESURES À PRENDRE POUR UN INDIVIDU SOUFFRANT D’ALLERGIES?

Contrôlez votre environnement par l’utilisation d’un système de climatisation plutôt que l’ouverture des fenêtres et par la prise d’une douche avant le coucher afin d’éliminer le pollen de vos cheveux.

Souvenez-vous simplement qu’avec autant de variables pouvant influencer les niveaux d’allergènes, il est difficile de prédire le déroulement de la saison à venir.

Haut de la page